Syndrome des ovaires polykystiques

Le PCO ou SOPK est le trouble hormonal le plus fréquent chez les femmes en âge de procréer. Le syndrome des ovaires polykystiques/syndrome ovarien est héréditaire et peut se produire à des degrés divers en raison d'influences environnementales. Le syndrome PCO ne peut être guéri, mais les symptômes peuvent être bien gérés.

Syndrome des ovaires polykystiques schéma

Comment puis-je reconnaître le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK)?

Le syndrome des ovaires polykystiques, c’est quoi ? Menstruations irrégulières, forte pilosité, surpoids, acné et éventuellement difficulté à tomber enceinte : ces signes vous semblent familiers ? Dans ce cas, vous pourriez souffrir du syndrome PCO ou SOPK. Que vous souhaitiez ou non avoir des enfants, les symptômes de ce trouble hormonal peuvent être atténués. Vous trouverez ci-dessous des informations sur les causes, les symptômes, le diagnostic et le traitement éventuel de cette maladie.

Qu’est-ce que le syndrome PCOS (SOPK) ?

L’abréviation PCO (ou PCOS) signifie ovaire polykystique, et l’abréviation SOPK : syndrome des ovaires polykystiques (anciennement syndrome de Stein-Leventhal). C’est une maladie déterminée par les hormones. C’est la cause la plus fréquente d’irrégularités menstruelles, de taux élevés d’androgènes (hormones sexuelles mâles) et d’infertilité chez les femmes sexuellement matures.

Les hormones impliquées dans le syndrome SOPK sont les hormones sexuelles féminines (œstrogènes), les hormones sexuelles masculines (androgènes comme la testostérone), l’hormone lutéinisante (LH) et l’hormone folliculo-stimulante (FSH). Les perturbations des mécanismes complexes de régulation de ces hormones jouent un rôle décisif dans les symptômes du syndrome SOPK.

Le SOPK est très répandu : la maladie touche 5 à 12% de toutes les femmes en âge de procréer.1 Comparé à sa fréquence, ce trouble hormonal est relativement inconnu chez la plupart des femmes.

Syndrome des ovaires polykystiques : comment se développe-t-il ?

Les causes ou le développement du syndrome PCO ne font pas encore l’objet de recherches approfondies. Il semble toutefois certain que le métabolisme des sucres et l’hormone insulinique sont importants en matière de SOPK.

Facteurs de risque du syndrome des ovaires polykystiques (SOPK)

On pense toutefois que la prédisposition génétique joue un rôle dans le développement du syndrome SOPK : Les femmes touchées ont le plus souvent une mère souffrant du syndrome du côlon irritable ou un père qui perd ses cheveux à un âge précoce pour des raisons hormonales. On pense également qu’un excès d’hormones mâles contribue au développement du syndrome SOPK.

Dans le même temps, le SOPK est souvent associé à l’obésité et à une altération du métabolisme des sucres, y compris le diabète de type II. Il peut alors arriver que l’organisme ne réagisse presque plus à l’insuline parce qu’elle est sécrétée en excès – c’est ce qu’on appelle la résistance à l’insuline. L’insuline incite également l’organisme à stocker davantage d’énergie sous forme de réserves de graisse – un cercle vicieux. C’est pourquoi un changement de régime alimentaire est souvent recommandé en premier lieu.

Autres causes et facteurs risques du SOPK

Le SOPK est également favorisé par le mode de vie qui prévaut aujourd’hui, avec une alimentation riche en graisses et en sucres ainsi que des produits prêts à l’emploi, sans oublier le manque d’exercice physique.

Quels sont les principaux symptômes du syndrome des ovaires polykystiques ?

Les symptômes suivants sont les plus récurrents lors du diagnostic du SOPK :2

  • Saignements menstruels peu fréquents ou absents
  • Augmentation de la pilosité sur le corps et/ou la perte de cheveux en raison de l’augmentation du taux d’hormones sexuelles masculines dans le sang
  • Ovaires présentant des kystes et ovaires hypertrophiés (ovaires polykystiques)
  • Troubles du cycle menstruel, seconde moitié du cycle raccourcie (faiblesse lutéale)
  • Ovulation trop rare ou absente (malgré une augmentation de l’hormone LH et un test d’ovulation positif)
  • Un taux de sucre/insuline trop élevé (résistance à l’insuline : les cellules ne réagissent pas à l’insuline. Cela vous fait courir le risque de développer un diabète de type II. L’insuline stimule également la production d’hormones sexuelles mâles dans le sang)
  • Acné
  • Obésité ou surpoids
  • Hypertension artérielle (principalement due au syndrome métabolique / trouble du métabolisme des graisses)
  • Conséquences psychosomatiques

L’arrêt de la pilule peut également perturber l’équilibre hormonal et provoquer des symptômes similaires à ceux du syndrome des ovaires polykystiques.4

Des symptômes typiques apparaissent avec le SOPK.

SOPK : symptômes typiques | Graphique : © cyclotest.fr

Le graphique montre quels symptômes surviennent chez les patients atteints du syndrome des ovaires polykystiques. Plusieurs symptômes peuvent apparaître en même temps.

Dans ce qui suit, nous allons voir plus en détail les symptômes les plus importants :

Symptômes du syndrome des ovaires polykystiques : Troubles du cycle menstruel

Le syndrome SOPK s’accompagne généralement de troubles du cycle dans lesquels les intervalles entre les règles sont irrégulières et deviennent généralement de plus en plus longues. En plus d’un cycle irrégulier, des saignements inter-menstruels irréguliers et des saignements supplémentaires peuvent survenir dans le cadre du SOPK.

cyclotest mySense analyse et donne des prévisions

Symptômes SOPK : Saignements menstruels absents ou peu fréquents

Le syndrome des ovaires polykystiques peut entraîner une absence de saignement menstruel et d’ovulation (aménorrhée). S’il y a un intervalle entre deux saignements de plus de 35 jours (mais moins de 3 mois) on parle d’un saignement menstruel rare ; dans le langage technique Oligo ménorrhée. Dans ce cas, l’ovulation est trop peu fréquente ou ne se produit pas du tout.

Si les règles ne surviennent pas ou sont peu fréquentes, cela ne signifie pas nécessairement que vous souffrez du syndrome SOPK. Cela peut également être dû à un stress physique ou mental élevé ou à la malnutrition.

Symptômes du SOPK : augmentation de la pilosité corporelle et / ou perte de cheveux

Le SPOK perturbe l’équilibre hormonal : l’hyperandrogénie ou l’hyperandrogénisme est un trouble hormonal dans lequel une trop grande quantité d’androgènes est sécrétée. Les androgènes tels que la testostérone entraînent une « masculinisation » du corps et des organes sexuels, par exemple une augmentation de la pilosité corporelle et de la pilosité (appelée hirsutisme) sur le corps et le visage.

Par exemple, en raison des hormones mâles présentes dans le sang, les poils pubiens poussent également sur les cuisses et/ou le bas-ventre. De nombreux patients souffrant d’hyperactivité polykystique développent également une barbe sur la lèvre supérieure en raison des hormones sexuelles mâles. Par ailleurs, les androgènes provoquent également la chute des cheveux.

Symptômes du syndrome des ovaires polykystiques : Ovaires avec kystes

Chez les patientes atteintes du SOPK, on observe une hypertrophie de l’ovaire due à la formation de kystes, ce que l’on appelle un ovaire polykystique. Cela entraîne la maturation de nombreux ovules. Les follicules ovariens ne peuvent donc pas arriver à maturité et s’atrophient prématurément. Par conséquent, l’ovulation ne se produit pas (anovulation). Le follicule s’agrandit comme un kyste.

La présence de kystes dans les ovaires (ovaires polykystiques) peut être détectée par échographie. Plusieurs petits « trous » noirs peuvent être vus dans les ovaires lors de l’échographie.

Vous aimerez peut-être ces produits :

Cependant, la présence de kystes dans les ovaires n’indique pas à elle seule la présence du syndrome SOPK. En effet, les ovaires polykystiques sont détectables chez jusqu’à 23 % des femmes ayant un cycle normal.5

L’obésité ou le surpoids : symptômes du SOPK

Les femmes atteintes du SOPK sont généralement en surpoids ou obèses. Cela s’explique par le fait que les cellules du corps en cas de syndrome SOPK réagissent plus difficilement à l’insuline (résistance à l’insuline).2 L’organisme sécrète de plus en plus d’insuline, ce qui augmente la production d’hormones mâles. Dans le même temps, l’augmentation du taux d’insuline favorise le stockage de l’énergie dérivée des aliments dans les cellules (réserves de graisse) au lieu de la brûler.

Les hormones mâles (androgènes) peuvent à leur tour se transformer en œstrogènes, de préférence dans les tissus adipeux.

Conséquences psychosomatiques du syndrome des ovaires polykystiques

Le profil clinique du SOPK n’est pas seulement caractérisé par des signes physiques de la maladie. Elle a également des conséquences importantes sur le plan psychologique.

Pour les patients, les symptômes signifient souvent une qualité de vie massivement restreinte, ainsi qu’une insatisfaction dans leur vie et leur sexualité.

Diagnostic du syndrome des ovaires polykystiques

Si 2 symptômes sur 3 sont présents, on présume qu’il s’agit d’un syndrome SOPK.3 Le médecin peut donc établir un diagnostic de SOPK si au moins 2 des 3 critères dits de Rotterdam s’appliquent :

  1. Saignements menstruels irréguliers ou inexistants
  2. Augmentation de la pilosité corporelle et / ou perte de cheveux due à une augmentation des taux d’androgènes (hyperandrogénie)
  3. Ovaires polykystiques : les ovaires sont entourés de nombreux petits kystes et sont hypertrophiés

Toutefois, cela ne signifie pas que la présence d’une maladie de l’ovaire est fermement établie. Les symptômes énumérés ci-dessus peuvent également être causés par des maladies métaboliques, une thyroïdite chronique (par exemple la maladie de Hashimoto) ou une faiblesse de l’hypophyse, qui libère alors trop peu d’hormones. Il faut également exclure que la production excessive d’androgènes soit due aux glandes surrénales.

Afin de diagnostiquer le syndrome des ovaires polykystiques, il est donc important de déterminer d’abord si les cycles menstruels sont irréguliers et avec des ovulations peu fréquentes ou absentes. Cela peut être fait très facilement, par exemple, avec un thermomètre basal tel que le thermomètre basal connecté cyclotest mySense. Les données des cycles individuels aident à diagnostiquer le SOPK.

Sur cette base, une analyse détaillée est menée avec le patient. Cela englobe, par exemple, le début des premières règles, le cycle menstruel ou encore les antécédents familiaux.

Le mini-ordinateur de cycle cyclotest myWay peut également analyser et documenter la progression du cycle individuel. Cela permet aux patients de faire un premier pas vers le diagnostic du SOPK et permettre la mise en place rapide d’un traitement si nécessaire.

Évolution du syndrome des ovaires polykystiques

En général, le SOPK ne peut être guéri, mais les symptômes peuvent être en grande partie soulagés. Par exemple, les femmes qui ont des kilos en trop sur les hanches, une résistance à l’insuline ou un diabète de type 2, peuvent souvent en venir à bout si elles perdent du poids et font plus d’exercice.

PCOS: Comment traiter le syndrome des ovaires polykystiques ?

Le diagnostic du SOPK est bien sûr un choc au départ, mais pour de nombreuses femmes, c’est aussi une sorte de soulagement : on sait enfin ce qui se passe dans le corps ! Et quand on connaît l’adversaire, on peut le combattre aussi.

Tout d’abord, il faut faire une distinction selon si le patient souhaite avoir des enfants ou non. En l’absence de désir d’enfant, la pilule contraceptive est souvent utilisée comme traitement, car elle inhibe la production d’hormones mâles telles que les androgènes.

Chez les femmes qui souhaitent avoir des enfants, cette méthode de traitement est écartée et on a souvent recours à un traitement au clomifène, qui stimule la production d’ovules. Si ce traitement n’aboutit pas, un traitement hormonal à base de gonadotrophine peut également être envisagé. Dans ce cas, cependant, il existe un risque de production soudaine et excessive des ovules. Le nombre plus élevé d’ovules produits augmente la probabilité de naissances multiples.

Régime alimentaire et exercice : la perte de poids aide-t-elle à prévenir et à traiter le SOPK ?

Que vous souhaitiez un bébé ou non : en règle générale, le régime alimentaire doit être modifié en cas de SOPK. Cela s’explique par le fait que cette maladie est souvent considérée comme un déclencheur d’autres maladies telles que le diabète de type 2, les maladies cardiovasculaires, le diabète gestationnel ou certains types de cancers.

Vous pouvez utiliser la pyramide LOGI comme guide ici. Les légumes, les salades et les fruits à faible teneur en amidon, qui doivent être combinés avec des aliments riches en protéines, sont recommandés comme base nutritionnelle de base pour les personnes atteintes du syndrome SOPK. La qualité des graisses comestibles joue également un rôle. Par exemple, il convient d’utiliser des acides gras monoinsaturés et de veiller à un équilibre optimal entre les acides gras oméga-6 et oméga-3.7

Chez les femmes en surpoids, la perte de poids entraîne déjà une atténuation des symptômes du SOPK dans de nombreux cas. Si les femmes concernées modifient leur mode de vie et leur régime alimentaire, cela les aidera à reprendre le contrôle sur leur équilibre hormonal.

Perdre du poids, ou même simplement faire plus d’exercice, aide à rétablir le cycle menstruel et à normaliser les taux d’androgènes chez environ 10 % des femmes en surpoids atteintes de SOPK.4 Une perte de poids de 5 % à elle seule réduit considérablement les symptômes du SOPK.2

L’exercice régulier et une alimentation équilibrée (avec peu de plats préparés) sont déjà un petit remède et un premier pas dans la bonne direction.

Syndrome des ovaires polykystiques : soutien psychologique

Le stress psychologique lié à l’obésité, à l’acné et à l’hirsutisme doit absolument être pris au sérieux et faire l’objet de discussions dans des groupes d’entraide ou avec le médecin. Car avec cette maladie, comme avec toutes les autres, il est impératif de prendre en compte à la fois les aspects physiques et psychologiques.

Traitement médicamenteux du syndrome des ovaires polykystiques

Pour réduire la « résistance à l’insuline » liée au syndrome des ovaires polykystiques, des médicaments peuvent être utilisés comme thérapie :

  • Metformine ou glitazone: les deux médicaments, la metformine et la glitazone, sont utilisés pour traiter le diabète de type 2. Ils peuvent également contribuer à améliorer les problèmes liés aux androgènes. Des études montrent que même sans diabète, ces médicaments peuvent contribuer à augmenter de cinq à dix fois le nombre d’ovulations chez les femmes concernées.2 Pour cette raison, la metformine ou la glitazone est administrée lorsque vous essayez d’avoir des enfants.
  • Clomifène ou létrozole:8 L’hormonothérapie avec l’un ou l’autre de ces médicaments peut avoir des effets secondaires.9
  • Préparation à base de FSH: les femmes minces atteintes du syndrome des ovaires polykystiques peuvent prendre une préparation contenant de la FSH. La FSH est une hormone sexuelle (gonadotrophine) qui stimule la formation de follicules et donc la fertilité.
  • Hormone de grossesse hCG: L’ovulation peut être déclenchée par l’hormone de grossesse hCG. Comme la LH et la FSH, a hCG fait partie des gonadotrophines.
  • Neurohormone GnRH: Il est également possible de déclencher la formation de follicules et l’ovulation en utilisant des préparations avec la neurohormone GnRH.10
  • Pilule contraceptive: Si le couple ne désire pas d’enfant, une pilule contraceptive contenant un composant anti-androgène est souvent prescrite. Cette thérapie empêche la formation d’hormones mâles dans le corps. En outre, le progestatif contenu dans la pilule protège la muqueuse de l’utérus contre une croissance excessive. Cependant, la pilule ne convient pas à toutes les femmes. En particulier dans le cas du SOPK, la prise de préparations combinées a aussi des effets négatifs. Par exemple, il augmente le risque de thrombose. 11

Ovaires polykystiques : Peut-on tomber enceinte ?

Un syndrome SOPK n’est pas synonyme d’infertilité ! Même en cas de SOPK, il est possible qu’une grossesse survienne spontanément, même si cette possibilité n’est pas très élevée. Avec un traitement, les chances de tomber enceinte peuvent augmenter.

Les chances d’avoir des enfants peuvent également être augmentées sans effets secondaires grâce à une observation précise du cycle. Comment ? Tout simplement parce que l’on connaît alors la période d’ovulation. Les rapports sexuels doivent alors être privilégiés pendant cette période. Vous pouvez facilement déterminer votre période d’ovulation en mesurant votre température corporelle basale.

Les femmes en surpoids n’arrivant pas à avoir des enfants et chez qui on a diagnostiqué un « syndrome des ovaires polykystiques » devraient d’abord demander à leur médecin de les aider à modifier leur régime alimentaire. Les patients doivent intégrer davantage d’activité physique dans leur routine quotidienne pour réduire l’excès de poids.

Pour les femmes qui ne sont pas en surpoids, le médecin peut prescrire des médicaments tels que le clomifène, qui déclenchent l’ovulation. Si la fécondation a lieu chez les patientes après un traitement réussi du SOPK, il est conseillé de procéder à un dépistage précoce du diabète gestationnel et de surveiller régulièrement la glycémie. Un examen de la glande thyroïde est également recommandé. Certaines femmes atteintes de SOPK souffrent également d’une inflammation auto-immune de la glande thyroïde. Cela peut conduire à une hypothyroïdie. Pendant la grossesse, une augmentation des hormones thyroïdiennes est nécessaire.6

Toutes les questions importantes sur le syndrome des ovaires polykystiques

Plusieurs symptômes peuvent indiquer que vous avez le SOPK. Vous pouvez trouver les symptômes les plus récurrents ici. Si vous pensez être atteint de SOPK, vous devez consulter un médecin.
Il est possible d’avoir des enfants tout en ayant le SOPK. Nous vous expliquons ici les points de vigilance à avoir et quels traitements peuvent vous aider à avoir des enfants.
Le syndrome des ovaires polykystiques ne peut pas être guéri et ne disparaîtra pas de lui-même, mais les symptômes peuvent être traités avec les solutions thérapeutiques adaptées.
Les causes du SOPK ne sont pas encore entièrement comprises. Cependant, certains facteurs de risque et certaines circonstances de la vie favorisent ce syndrome.

Sources :



En savoir plus sur le même sujet


Il n'y a pas de commentaires

Vous avez une question ou une remarque sur l'article? Partagez-la avec nous!

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués. *

*
*

Vos données personnelles seront traitées par nous pour la publication de votre article de blog conformément à notre déclaration de protection des données .