SPM - Syndrome prémenstruel

Le SPM (syndrome prémenstruel) se caractérise par divers symptômes que les femmes peuvent ressentir au cours d’un cycle allant du jour de l’ovulation jusqu’aux règles. Des douleurs, des nausées et une mauvaise humeur sont des symptômes du SPM. Le syndrome prémenstruel peut survenir chez toutes les femmes en âge de procréer.

Qu’est-ce que le syndrome prémenstruel ?

Le syndrome prémenstruel ou « tension prémenstruelle » fait référence à des troubles physiques et psychologiques causés par l’équilibre hormonal féminin dans la seconde moitié du cycle (phase lutéale).

Vous ressentez des douleurs au niveau de l’abdomen et vos seins sont tendus. Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi les symptômes du SPM vous tourmentent autant ?

Vous trouverez ici la signification du terme « syndrome prémenstruel », ses causes et les symptômes associés au SPM. Vous le connaissez déjà ? Vous pouvez alors commencer tout de suite avec le test SPM et obtenir des conseils.

Quelles sont les causes du syndrome Prémenstruel ?

À ce jour, on ne sait pas exactement pourquoi les femmes souffrent de ces symptômes.

banniere nouvelle courbe de cycle

Les causes les plus probables du syndrome prémenstruel sont :

  • Fluctuations hormonales dans la seconde moitié du cycle (phase lutéale) : Les changements hormonaux entraînent un déséquilibre entre l’œstrogène et la progestérone. La sécrétion d’œstrogènes diminue, tandis que, la production de progestérone (une hormone lutéale) commence.
  • Baisse du taux de sérotonine dans la deuxième phase du cycle : La sérotonine, semble jouer un rôle particulier. Le taux de sérotonine, ainsi que la quantité d’endorphines produites naturellement dans l’organisme, diminuent dans la seconde moitié du cycle. Des études suggèrent qu’une interaction entre le système nerveux autonome, le métabolisme cérébrale et le fonctionnement des ovaires déclenche les symptômes. Toutefois, les facteurs métaboliques exacts sont encore inconnus2.2
  • Le mode de vie, une mauvaise alimentation, peu d’exercice physique et le stress serait également à l’origine des ces symptômes. Ils peuvent être causées ou du moins favorisées notamment par un manque de vitamines ou par le stress.1, 3 Par exemple, la consommation de café ou de caféine ou la nicotine peuvent avoir un effet défavorable ; il en va de même pour les troubles du sommeil et le manque d’exercice.
  • Conflits psychosociaux : d’autres facteurs possibles sont les conflits psychosociaux tels que les problèmes relationnels et la surcharge professionnelle, ainsi que des antécédents familiaux de maladie mentale (par exemple, la dépression). Ce sont des facteurs de risque pour le syndrome prémenstruel.

Quelles femmes sont concernées par le syndrome prémenstruel ?

On peut supposer qu’une femme sur deux en âge de maturité sexuelle présente des symptômes prémenstruels dans la seconde moitié du mois. Ils peuvent varier et être de nature physique ou psychologique. Les femmes de plus de 35 ans sont plus susceptibles de présenter des symptômes de SPM.1, 3 Environ 25 % des personnes concernées en souffrent. Environ 5 % d’entre elles estiment que cela a un impact sur leur vie quotidienne.

Dans la période précédant la ménopause, les règles ne sont plus régulières. Ce changement s’accompagne de fluctuations hormonales. La quantité d’œstrogènes produites diminue et il peut y avoir une baisse de taux de progestérone pouvant déclencher ou aggraver les SPM. Toutefois, elles peuvent également être réduites, voire stoppées, pendant la ménopause.3

Quels sont les symptômes du SPM ?

Dans le syndrome prémenstruel, une distinction est faite entre les affections physiques et psychologiques. Elles peuvent se produire séparément ou ensemble.

Voici un aperçu des symptômes les plus courants du SPM. De nombreuses femmes souffrent du syndrome prémenstruel, mais les symptômes peuvent varier d’une femme à l’autre.

Symptômes physiques et psychologiques du SPM

Symptômes physiques et psychologiques du SPM

Symptômes physiques du SPM

De nombreux symptômes du SPM sont identiques à ceux des règles : des crampes dans le bas-ventre, des douleurs abdominales, des nausées, des douleurs dorsales ou de l’irritabilité.

Parmi les autres symptômes physiques, il peut y avoir de la rétention d’eau dans les tissus, également appelée œdème. La rétention d’eau fait paraitre le corps « gonflé ».

Souvent, la rétention d’eau et les fluctuations hormonales entraînent une prise de poids car vous avez des envies soudaines de grignoter. Une tension douloureuse ou un gonflement des seins (mastodynie) peuvent se produire. Les toucher devient alors inconfortable.

De nombreuses femmes ressentent de la fatigue ou de l’épuisement avant leurs règles. La fatigue donne envie à de nombreuses femmes de rester au lit toute la journée. Des nausées, diarrhées ou constipations, des ballonnements, des problèmes circulatoires, des maux de tête ou des migraines peuvent également survenir. Une sensibilité accrue à des stimuli tels que la lumière, l’odeur, le bruit ou le toucher peut aussi être ressentie. Les imperfections cutanées surviennent souvent pendant la période du syndrome prémenstruel.

Symptômes psychologique du SPM

Dans la plupart des cas, le syndrome prémenstruel s’accompagne de symptômes physiques et de symptômes psychologiques.

Les symptômes psychologiques du syndrome prémenstruel sont :

  • Sautes d’humeur
  • Dépression, humeurs dépressives
  • Apathie
  • Hyperactivité, agitation
  • Anxiété
  • Sentiment d’être dépassée et perte de contrôle
  • Agressivité, irritabilité
  • Perte d’appétit, crises d’appétit
  • Pleurer ou rire sans raison
  • Diminution de l’estime de soi

Remarque : Les changements mentaux sont – tout comme les changements physiques – causés par le changement de niveau des hormones. Une forme particulière de SPM, pour laquelle l’humeur dépressive est caractéristique, est le trouble dysphorique prémenstruel.

Les symptômes du SPM : Durée et début

Pendant les deux à trois premières semaines du cycle menstruel, la plupart des femmes se sentent bien dans leur peau, sont d’humeur positive et jouissent d’une libido élevée. Le syndrome prémenstruel devient alors visible dans la seconde moitié du cycle.

Quand le SPM commence-t-il ?

Le SPM se produit presque exclusivement pendant les cycles avec ovulation. Il est compté parmi les symptômes physiques de l’ovulation. Les symptômes psychologique et physique commence généralement jusqu’à 14 jours avant les saignements menstruels.

Les effets sont particulièrement prononcés environ cinq jours après le pic de progestérone. C’est 4 à 10 jours avant le début des règles. Dès que les menstruations commencent, les symptômes disparaissent car le niveau de progestérone baisse. Toutefois, il peut arriver que les symptômes durent plus longtemps.2

Durée de la phase de SPM

La durée des SPM varie d’une femme à l’autre. Les symptômes peuvent être présents tout au long de la deuxième moitié du cycle et peuvent même s’accentuer jusqu’au début des règles. Ils peuvent aussi se produire en un seul jour ou sur une période plus courte.

Suivi des symptômes du SPM

Si vous pensez souffrir de SPM, vous devez analyser vos symptômes. Une application de cycle telle que cyclotest mySense peut être plus efficace qu’un calendrier menstruel ou un agenda de PMS. Dans le suivi de la fertilité et en plus de tous les détails de vos cycles, vous pouvez également noter quels symptômes se produisent quand et à quel point ils sont intenses. Cela vous permet de vérifier si les symptômes sont liés au cycle menstruel.

Il est préférable d’effectuer les entrées dans votre application cyclotest mySense sur une période d’au moins 2 à 3 mois. Vous pouvez ensuite exporter votre courbe de cycle, y compris les données du cycle, en format PDF. Vous pourrez ensuite emporter ces valeurs avec vous lors de votre prochaine visite chez votre gynécologue. De cette façon, vous avez toujours votre agenda numérique PMS avec vous.

Si vous observez une aggravation de vos symptômes ou si vous ressentez déjà des douleurs symptomatiques dans les premières semaines de votre cycle menstruel, il se peut qu’il y ait plus que le « simple SPM » et vous devriez clarifier avec votre gynécologue.

SPM, grossesse ou endométriose ? Diagnostic et différence

Le SPM est un diagnostic dit d’exclusion, c’est-à-dire que tous les autres diagnostics
doivent d’abord être exclus. Dans le cas d’un traitement du SPM, une éventuelle insuffisance lutéale doit également toujours être examinée, car elle est souvent à l’origine du SPM, qui se manifeste fréquemment sous la forme de symptômes douloureux.

Dans certains cas, les symptômes sont des signes de maladie. Les douleurs abdominales pourraient indiquer une endométriose si elles ne se produisent pas pendant la période du SPM. Dans le cas d’une telle maladie, où l’endomètre se développe en dehors de l’utérus, il y a généralement d’autres symptômes tels que de très fortes crampes menstruelles ou des douleurs pendant les rapports sexuels. Il peut également s’agir du début de la ménopause (par exemple, si des bouffées de chaleur et des sueurs l’accompagnent) ou, dans des cas exceptionnels, d’un trouble thyroïdien3

Certains signes du SPM peuvent également être confondus avec des symptômes de début de grossesse.1 Ces premiers signes de grossesse comprennent la sensibilité des seins, la sensibilité abdominale, les envies de nourriture ou les sautes d’humeur. Il peut donc arriver que les signes de la grossesse soient confondus avec ceux du syndrome prémenstruel. Par conséquent, la question « SPM ou enceinte » est tout à fait justifiée.

Seuls les saignements menstruels absents ou non, un test d’urine pour déterminer une grossesse ou une consultation chez votre médecin peut vous éclairer. De nombreuses femmes déclarent avoir remarqué une grossesse et la distinguer du syndrome prémenstruel. Cependant, vous devez connaitre votre corps et ces symptômes pour pouvoir les interpréter correctement.

En général, les symptômes psychologiques se manifestent avec le SPM. En outre, les symptômes n’apparaissent que dans la seconde moitié du cycle, la phase dite lutéale. Si vous connaissez votre cycle t que les symptômes apparaissent pendant la première moitié de votre cycle, vous pouvez exclure le SPM.

Souffrez-vous du SPM ? Faites le test !

Vous voulez savoir si les symptômes qui vous dérangent pourraient être des SPM ? Alors, faites le test ! Cependant, veuillez ne prendre en compte que les symptômes qui se produisent peu après l’ovulation et jusqu’aux règles.

Questions du test SPM

  1. Vous souffrez de sautes d’humeur avant vos règles ou vous êtes irritable sans aucune raison ?
  2. Vous vous sentez fatiguée, assommée et sans énergie avant vos règles ?
  3. Avez-vous souvent des envies de sucreries avant vos règles ?
  4. Vos seins sont-ils plus sensibles au toucher que d’habitude avant vos règles ?
  5. Vous souffrez de maux de tête, de dos ou d’estomac avant vos règles ?
  6. Êtes-vous plus distraite ou moins concentrée que d’habitude ?
  7. Vous sentez-vous limitée dans vos performances à cause des douleurs physiques ?
  8. Vous vous inquiétez plus souvent et vous êtes plus incertaine dans vos décisions que d’habitude ?

Test SPM : Résultats

  • Vous avez répondu oui à 1 question ou aucune – probablement pas de PMS
  • Vous avez répondu oui entre 2 et 5 questions par oui – légère tendance au syndrome prémenstruel

Les symptômes décrits ne vous sont pas inconnus, mais vous arrivez à vivre avec au quotidien. Si vous suivez nos conseils, vous pouvez certainement réduire encore plus les effets.

  • Vous avez répondu oui à plus de 5 questions – vous souffrez probablement du syndrome prémenstruel

Vous vous reconnaissez dans la description de ces symptômes ? Alors vous souffrez manifestement de SPM. Lisez nos conseils ou demandez à votre gynécologue.

Que faire lorsque l’on souffre du SPM ?

Si vous souffrez de SPM, il existe différentes façons d’en atténuer les effets et d’améliorer votre santé. Etant donné que toutes les femmes touchées ne souffrent pas des mêmes symptômes, chaque femme doit essayer de déterminer les mesures qui lui conviennent le mieux.

Avec une application de cycle, vous pouvez facilement évaluer votre cycle et déterminer le moment où commence les SPM. Ainsi, vous êtes avertie et vous pouvez prendre des mesures préventives appropriées pour ajuster votre planning quotidien. L’observation des symptômes de votre corps vous aidera également à mieux comprendre le processus et à identifier les éventuelles irrégularités ou maladies.

Si vous entrez « sensible » ou « triste » dans la rubrique humeur pendant votre période de SPM, vous serez averti par un nuage de l’arrivée des règles dans le suivi de votre cycle.

Le mini-ordinateur de cycle cyclotest myWay vous indique également l’arrivée du SPM. Les femmes touchées peuvent ainsi mieux évaluer à quel moment les règles arrivent et prendre des mesures préventives.

Ces articles pourraient également vous plaire :

Quels médicaments aident à lutter contre le syndrôme prémenstruel ?

La douleur peut être traitée avec des analgésiques. Les patients peuvent aider à la rétention d’eau en prenant des médicaments qui éliminent l’eau. La dépression ou les humeurs dépressives peuvent être traitées avec des médicaments psychotropes tels que les antidépresseurs.

Il n’y a que peu de preuves qu’une pilule combinée (contenant le progestatif drospirénone et l’hormone œstrogène à faible dose) puisse aider contre le SPM. Bien entendu, la question de savoir si l’utilisation de ces hormones est appropriée doit être décidée par un médecin après un diagnostic approfondi. Mais comme tous les médicaments et comme tout contraceptif hormonal, la pilule ou la mini-pilule a des effets secondaires.

Et si une grossesse est souhaitée, cette méthode est de toute façon exclue ; c’est pourquoi les préparations naturelles sont une alternative bienvenue aux antidépresseurs, aux analgésiques ou autres remèdes. Les médicaments à base de plantes peuvent alors être utilisés pour le syndrome prémenstruel.

Le poivre des moines soulage principalement les douleurs mammaires et peut avoir un effet positif sur le cycle menstruel. C’est l’une des plantes médicinales les plus recherchées et elle a fait ses preuves dans le traitement du syndrome prémenstruel. Dans une étude, 79 à 85 % des participantes n’avaient plus de symptômes ou voyaient leur état s’améliorer après trois mois de traitement au poivre des moines.6

Régime alimentaire pour le syndrome prémenstruel

La mauvaise humeur avant les règles peut être contrecarrée par un régime alimentaire approprié en cas de SPM. Vous devez éviter les aliments salés ou le chocolat, car ces produits sont non seulement mauvais pour la santé s’ils sont consommés en excès, mais aussi parce qu’ils peuvent favoriser les symptômes. On pense également que des repas réguliers contribuent à réduire les envies de sucreries.7

Les produits laitiers, les aliments transformés et les viandes rouges et grasses peuvent également favoriser ces douleurs.

Conseils contre le syndrome prémenstruel

Certaines femmes ne jurent que par des exercices modérés pendant le SPM. Vous pourriez faire du yoga, par exemple, car il combine exercice et relaxation. Il améliore le flux sanguin vers l’organisme et s’attaque aux causes des crampes abdominales.

Un manque de sérotonine, la soi-disant hormone du bonheur, est tenu pour responsable des sautes d’humeur, des bouleversements et de l’irritabilité. On peut y remédier en pratiquant du sport, de la relaxation ou des massages. Ce manque de sérotonine peut être augmenté dans l’alimentation avec des noix, des acides gras oméga-3 et même du chocolat noir.

Le syndrome prémenstruel peut être très difficile pour une relation. Certaines femmes ont des symptômes très accentués. Il est important que votre partenaire vous soutienne physiquement, mentalement et émotionnellement afin que vous puissiez tous deux passer les jours précédant vos règles.

Toutes les questions importantes sur le SPM :

Les symptômes du SPM sont variés. En plus des symptômes physiques tels que les tension dans les seins, les maux de tête, les douleurs dorsales, abdominales et la rétention d’eau, des symptômes psychologiques tels que les sautes d’humeur et les problèmes de concentration peuvent également survenir.
Selon la gravité des symptômes, ils peuvent être soulagés par des médicaments hormonaux, des antidépresseurs ou des alternatives à base de plantes. Un régime alimentaire joue également un rôle important dans la lutte contre les symptômes.
Le syndrome prémenstruel survient dans la deuxième moitié du cycle. Les symptômes peuvent apparaître jusqu’à 14 jours avant vos règles. Vous pouvez en savoir plus ici.
Les symptômes sont les plus forts environ cinq jours après le pic du niveau de progestérone. C’est généralement 4 à 10 jours avant le début des règles. Nous vous montrons ici ce que vous pouvez faire pour soulager les symptômes.

Sources :

  • 1 Kuhl, H. et al.: Sexualhormone und Psyche. Grundlagen, Symptomatik, Erkrankungen, Therapie. 1. Auflage. Stuttgart 2002.
  • 2 Diedrich, K. et al.: Gynäkologie und Geburtshilfe. 2. Auflage. Heidelberg 2007.
  • 3 Flemmer, A.: Das Prämenstruelle Syndrom (PMS) natürlich behandeln. Hannover 2012.
  • 4 Schuster, N.: Gefühle außer Kontrolle. Pharmazeutische Zeitung 28/2015
  • 5 Rohde, A.: PMS und PMDS – Behandlungsmöglichkeiten in der Frauenarztpraxis, wenn die psychischen Symptome im Vordergrund stehen. Gyne 02/2019.
  • 6 Journal für Gynäkologische Endokrinologie/Österreich (Hrsg.): Mönchspfeffer bei PMS und Zyklusstörungen: Auf ausrechend hohe Dosierung achten. o. O. 2019.
  • 7 Dean C, Steinberg SK, Sylvester WH. Medical management of premenstrual syndrome. Can Fam Physician. o.O. 1986.


En savoir plus sur le même sujet


Il n'y a pas de commentaires

Vous avez une question ou une remarque sur l'article? Partagez-la avec nous!

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués. *

*
*

Vos données personnelles seront traitées par nous pour la publication de votre article de blog conformément à notre déclaration de protection des données .